6 Femmes, un diagnostic – seropositives et pourtant en bonne santé

Et jusqu’à ce que les gens comprennent vraiment que la motivation de la Science n’est plus la curiosité, mais l’argent — l’argent avec un grand A, l’ argent fédéral, l’argent privé — une fois que les gens commencent à s’en rendre compte et à réaliser que tout ce qui vient de la communauté scientifique n’est qu’affaire d’argent …. Les gens ne comprennent pas vraiment cela.
(Dr Kary Mullis, décerné Prix Nobel)

Karri

Karri avait 25 ans quand elle a été déclarée séropositive. Les docteurs lui ont conseillé de faire son testament. Elle a pris, en toute confiance, le traitement contre le SIDA et elle est devenue une patiente exemplaire, bien connue des docteurs et des infirmiers. Cependant, cela a brusquement changé 11 ans après, quand Karri a décidé d’arrêter le traitement en raison des nombreux effets secondaires dont elle souffrait. De toute sa période de séropositivité, Karri ne s’est jamais mieux sentie que durant les 4 années qui ont suivi, sans traitement. Malheureusement, les médicaments avaient déjà fait ravages : un trou dans ses intestins et elle s’est mise à saigner presque à mort, cherchant un nouveau docteur. Cinq docteurs ont refusé de l’opérer parce qu’elle avait rejeté le traitement du VIH. Pour pouvoir se faire opérer, il a fallu qu’elle accepte une injection de Ganciclovir. Peu de temps après elle est devenue aveugle et a perdu l’usage de la parole. Elle est morte le 26 avril 2011. Elle nous a légué ” JE NE ME TAIRAI PAS”.

Barbara

 

Barbara a été déclarée séropositive aux alentours de ses vingt ans. On lui a fait le test lors d’une hospitalisation sans lui demander son accord au préalable. Pourtant, au lieu de développer le SIDA, elle a donné naissance à quatre enfants en bonne santé. Ayant choisi un accouchement à domicile pour son 4ème enfant au lieu d’aller dans une maternité, service des césariennes comme on le lui avait recommandé, et de plus en décidant d’allaiter sa fille, elle a été condamnée à 14 mois avec sursis. Sa plus jeune fille a été placée dans une maison d’enfants parce qu’elle a refusé de lui donner le traitement prescrit.

 

Lindsey

Lindsey a été adopté par un couple américain alors qu’elle n’avait que quelques mois. En Roumanie, son pays d’origine, elle été diagnostiquée séronégative, suivi d’un test aux Etats Unis qui, lui, s’est avéré positif. Ses parents lui ont donné les médicaments antiretroviral recommandés et la surveillaient quand elle a commencé à souffrir d’une très forte douleur aux jambes et s’est arrêtée de grandir. Ils ont découvert un article de Dr Peter Duesberg conseillant  aux parents d’arrêter le traitement immédiatement. La douleur aux jambes a alors disparu et Lindsey a retrouvé son poids normal en l’espace de 2 mois. Au début des années 90, il y avait 12 autres soi-disant Bébés “du SIDA” au Minnesota, dont Lindsey est la seule survivante. Aujourd’hui c’est une jeune femme en bonne santé, récemment devenue maman à son tour – mais son bonheur a été entaché par les autorités. Plus d’informations sur : http://saverico.com/

Line

 

Line a été persuadée par des docteurs de faire le test du VIH parce qu’elle était enceinte d’un africain. Le test s’est avéré positif tant pour elle que pour son partenaire. Aucun des deux n’a jamais développé le SIDA. Leur enfant a maintenant la vingtaine et est en parfaite santé sans avoir jamais pris aucun traitement contre le SIDA. Line a été poursuivie par un de ses ex-partenaires qui l’a accusée de lui avoir transmis le VIH : Elle a été condamnée et a fait 2 ans de prison.

 

Tatyana

 Tatyana a été diagnostiquée pendant sa grossesse. Elle a pris les médicaments et a donné naissance à un enfant à qui les médecins ont à peine donné 3-4 ans d’espérance de vie. Elle a donné le traitement AZT à son enfant jusqu’à ce qu’elle tombe sur un article de presse d’un scientifique disant, preuve à l’appui, que les gens mouraient des effets de ces médicaments. Elle a immédiatement arrêté le traitement. Lisa a maintenant 7 ans, c’est une enfant exceptionnellement intelligente, qui reçoit des cours de danse classique gratuits gràce à son talent. En 2012 Tatyana a été retirée du registre national des gens infectés par le VIH.

 

Tamara

Tamara a été déclarée séropositive au cours de sa deuxième grossesse. Elle a reçu un livre critique sur le SIDA d’un centre d’informations dirigé par l’église. D’un commun accord avec son mari Ivan, elle a décidé de garder l’enfant et a refusé le traitement médical. L’enfant est en très bonne santé, tout comme sa petite sœur et son frère aîné. Les parents ont décidé de ne jamais faire le test du VIH sur leurs enfants. Tamara a été assassinée le 09/03/2012. Les circonstances exactes restent peu claires.

 

Trailer

Left
Right